Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Modérateur
Modérateur
Messages : 461
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 34
Localisation : Nice
Voir le profil de l'utilisateur

Necessary Evil - campagne de super-vilains à l'ère Victorienne

le Ven 1 Fév - 11:37
Sujet pour rassembler les récits de parties, présentations de personnages ou autre concernant la campagne de super-vilains.

Les personnages :
  • Dr Bloody un médecin électrique joué par Sylvio.
  • Seed un jardinier joué par Olivier.
  • Hannibal le mélomane joué par Alexandre.
  • Hate la brute joué par Thomas.
  • Ernest Barnes vieux collectionneur joué par Sébastien L.
  • K Brook savant fou joué par Edward.
  • Phase cambrioleur fantome joué par Vincent.

Première partie (joué le 18/01/2013) :

Le Dr Bloody a réuni plusieurs vilains (Hannibal, Hate et Seed) pour braquer une banque dans laquelle il espère trouver quelque chose et récupérer un butin conséquent. Lors du bracage ils ont affronté et tué le héros contreversé Arachnophobia.

C'est également en ce jour que les K'tharen sont arrivé sur terre et ont attaqués, détruisant notamment Atlantis. Puis les V'sori sont arrivé chassant les K'tharen et passant pour des sauveur. Lors d'une grande cérémonie de remerciement les V'sori ont levé leur voile sur leur supercherie, ont décimé les super-héros. et pris le contrôle de la terre.

Un an plus tard, le Dr Bloody, Hannibal et Seed ont été capturé par les V'sori et se retrouve dans un véhicule de transport volant en direction vaisseau mêre V'sori pour être exécuté et disséqué. Grâce à une intervention parfaitement calculé du Pr Moriarty ils sont libérés et doivent maintenant faire évader Mindjack d'un centre de détention V'sori.

Après un atterrissage parfaitement ciblé, les nouveaux membres d'Omega luttent contre des drones tout en tentant d'ouvrir les cellules. En plus de Mindjack ils libèrent Valérie Ramirez ainsi que Granit qui, très affaibli, ne prononce pas un mot et est surnommé "Ben" par le Dr Bloody.

À suivre la deuxième partie joué le 25/01/2013.
avatar
Modérateur
Modérateur
Messages : 461
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 34
Localisation : Nice
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Necessary Evil - campagne de super-vilains à l'ère Victorienne

le Lun 14 Avr - 12:01
Comme je l'ai déjà dit à certains j'ai décider de changer le système d'obtention des XP pour ma campagne Necessary Evil.

Point de rattrapage est attribué aux joueurs dont le personnage est de plus d'un rang inférieur au personnage le plus haut. Il y a 5 rangs de personnage Novice, Aguerri, Vétéran, Héroïque et Légendaire. Actuellement les personnages les plus expérimentés sont Vétéran. Un joueur ayant un personnage Novice aura donc le point de rattrapage.

Les autres points d'XP dépendront des messages que vous posterez sur ce sujet racontant ce qu'il s'est passé durant chaque partie. Dans le message vous indiquerez la date de la partie ainsi que le nom de votre personnage.

Je vous enverrai un message privé sur le forum avec le montant d'XP et une explication. Si vous éditez ensuite votre message pensez à me le signaler par message privé sinon je risque de ne pas m'en rendre compte.

Les points obtenus par vos messages peuvent être :

Point d'apprentissage : si vous ou votre personnage avez appris quelque chose d'importance durant la partie.

Point de danger : si votre personnage a été suffisament en danger (sans que ce soit dû à un comportement stupide).

Point d'héroïsme : si votre personnage a fait quelque chose de retentissant, d'extraordinaire (pour le contexte du jeu, pas la simple utilisation d'un super pouvoir).

Point de rédaction : si votre prose est d'assez bonne qualité.

Si vous ne vous rappelez pas du nom d'un personnage / d'une faction / d'un lieu mettez un petite explication entre {accolades} et j'éditerai avec le bon nom.

Exemple :

Nous devions partir de Londres pour aller à {ville portuaire au sud de l'angleterre} tout en récupérant en chemin une personne à la gare de {ville entre les deux}.

Nous devions partir de Londres pour aller à Southampton tout en récupérant en chemin une personne à la gare de Winchester.
avatar
Modérateur
Modérateur
Messages : 217
Date d'inscription : 22/01/2011
Age : 37
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Necessary Evil - campagne de super-vilains à l'ère Victorienne

le Lun 14 Avr - 21:34
Précisons-nous explicitement, à la fin de notre message, ce pour quoi nous jugeons mériter les points, avec argumentation et quémandage, ou bien le juges-tu à partir de notre récit ?
Et pouvons nous être de mauvaise foi et exprimer le récit de notre point de vue, même lorsque celui-ci ne rejoint bizarrement pas l'opinion générale (exemple : "Seed reçoit une balle dans le dos, probablement tiré par un drone") ? Et comment gérons-nous nos secrets (genre, ce n'est plus un secret pour personne que je suis champion d'apnée, mais si je voulais encore garder ça secret, comment exprimerais-je le moment ou je ferme le tiroir de mon bureau pour ne pas qu'on voie ma médaille olympique) ?
avatar
Modérateur
Modérateur
Messages : 461
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 34
Localisation : Nice
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Necessary Evil - campagne de super-vilains à l'ère Victorienne

le Mar 15 Avr - 9:59
philou a écrit:Précisons-nous explicitement, à la fin de notre message, ce pour quoi nous jugeons mériter les points, avec argumentation et quémandage, ou bien le juges-tu à partir de notre récit ?
Pas la peine de préciser pourquoi vous jugez mériter des points dans votre message sur ce sujet. Vous pourrez argumenter par message privé après.

philou a écrit:Et pouvons nous être de mauvaise foi et exprimer le récit de notre point de vue, même lorsque celui-ci ne rejoint bizarrement pas l'opinion générale (exemple : "Seed reçoit une balle dans le dos, probablement tiré par un drone") ?
Vous pouvez être de mauvaise foi. Exprimez le récit comme vous le voulez, que ce soit du point de vue de votre personnage, du point de vue d'un téléspectateur, comme un debriefing se passant après les événements ou autre...

philou a écrit:Et comment gérons-nous nos secrets (genre, ce n'est plus un secret pour personne que je suis champion d'apnée, mais si je voulais encore garder ça secret, comment exprimerais-je le moment ou je ferme le tiroir de mon bureau pour ne pas qu'on voie ma médaille olympique) ?
Gardez vos secrets ... secret. S'il y a une partie de votre récit que vous ne pouvez raconter sans révéler un secret envoyez le moi par message privé. J'en tiendrai compte pour les XP. Je le garderai de côté et le posterai éventuellement si le secret est un jour révélé.
avatar
Modérateur
Modérateur
Messages : 217
Date d'inscription : 22/01/2011
Age : 37
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Necessary Evil - campagne de super-vilains à l'ère Victorienne

le Ven 25 Avr - 18:42
Daily Trigger

Moi, c'est Travis Garland. "Trigger", qu'on me surnomme, et ne me demandez pas pourquoi, je risquerais de vous répondre. J'ai un flingue qui aime bien tirer et un canasson qui aime bien voler, c'est tout ce que vous avez besoin de savoir. J'ai eu une vie bien remplie aux USA, et pas que. Mais j'ai dû quitter le pays parce que...
Enfin, ça n'a pas d'importance. J'ai débarqué dans le vieux continent. Enfin, pas tout à fait : c'est sur l'île des buveurs d'eau chaude que je suis allé me faire mon nouveau trou. Il y avait un boss, à Londres, j'avais entendu dire, il embauchait des gars pour pourrir la vie de ces salopards de V'Sori, et il les payait bien : tout ce qu'il me fallait. Moriarty, qu'il s'appelle, professeur Moriarty.
Je me suis retrouvé avec une équipe, on a fait quelques coups (400 et des poussières), et on a même explosé un vaisseau-mère V'Sori. Pas le petit modèle : le gros, plusieurs dizaines de kilomètres de diamètre, plein d'armes et de machins technologiques : de quoi porter un sale coup à ces fils de putains. On savait pas encore qu'il y en avait 16 autres de la même fonderie dans le système solaire.

Un fils tombé du ciel

On savait pas non plus qu'ils allaient en envoyer un à Londres rien que pour nous.
Il est arrivé un samedi matin. On avait passé la nuit à débriefer la mission précédente, et j'étais sorti de la base secrète avec quelques autres pour aller m'alcooliser le cerveau. C'est là qu'on l'a vu arriver, recouvrant la ville d'ombre, crachant ses patrouilles de K'Tharen comme un chien galeux crache ses puces, pendant que, sur un truc technologique géant, le collabo en chef, cette raclure d'Holmes, annonçait une opération "d'élimination des éléments séditieux". Nous, quoi.
Et comme si ça ne suffisait pas, le fils s'est pointé. Un indien. Vent d'Ouest. J'ai su ensuite qu'il s'était fait choper en Amérique, mais avait profité de la pagaille à bord du vaisseau pour s'échapper. Quoiqu'il en soit, il nous est tombé dessus par hasard, il était là, et j'avais envie de le buter. Mais, à la place, j'ai dégommé la poiscaille qui le poursuivait.
Puis on s'est tous barrés. Le coin grouillait de K'Tharens. J'ai fait apparaître Gloomy Jumper, pris le fiston en selle et on s'est envolés. Partir par le ciel, mauvaise option. Vent d'Ouest s'est pris deux tirs dans le dos. Alors j'ai dirigé Gloomy jusqu'au gros bâtiment le plus proche où on pourrait se planquer, une gare. De là, on s'est glissés dans les égouts. Les requins ont retourné la gare, mais ils ne nous ont pas trouvés.
J'ai contacté Bloody (le chef d'équipe, un toubib complètement cinglé) pour qu'il ramène ses fesses et s'occupe du fiston. "Fiston"... Je le connais pas, ce gosse, on n'a rien en commun, mais quelque chose me dit qu'on a un lien. A la vie, à la mort, comme on dit. Bref.
avatar
Modérateur
Modérateur
Messages : 217
Date d'inscription : 22/01/2011
Age : 37
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Necessary Evil - campagne de super-vilains à l'ère Victorienne

le Ven 2 Mai - 21:50
La belle et le clochard

Bloody s'est pointé, ainsi que deux autres : Mud, et Kaos. Les deux font la paire parce que, voyez-vous, Mud peut se transformer en un truc de même couleur et vaguement plus fluide que le café que prépare Kaos. A part ça, le deuxième est un ingénieur, et le premier est un... heu...
On s'en tape, en fait. Bloody a un peu remis en état le fiston, et on s'est dirigés vers l'entrepôt de Kaos ; Londres, ça commençait vraiment à craindre, et on devait à tout prix trouver un moyen de se faire la malle. En plus, les autres ont enfin réussi à contacter Moriarty (ils ont eu des difficultés à le joindre), qui a donné des instructions : se barrer de Londres et aller à Southampton. C'est de là que partent les bateaux pour les USA. On dirait que je vais revoir le pays plus tôt que prévu. Ah oui, on devait aussi, au passage, récupérer à Winchester un certain M ("qui nous reconnaîtrait").
L'entrepôt, donc. Fallait l'atteindre, la poiscaille patrouillait en force, et il y avait des sortes de boules volantes qui se baladaient aussi dans le coin, valait mieux ne pas les approcher. Bref, le seul truc inoffensif entre nous et l'entrepôt, c'est un clochard qui cuvait paisiblement son whisky.

C'est là que les choses ont commencé à m'échapper. D'après Kaos, il fallait une diversion pour occuper les K'Tharen et les boules volantes le temps qu'on atteigne l'entrée secrète de son entrepôt : ça, j'ai à peu près compris. Le problème, c'est qu'il avait... un plan.
Le voilà, à peu près : je fais semblant d'ouvrir une trappe, et de descendre dans un trou. Kaos enregistre l'action avec son percolateur (qui, manifestement, ne sert pas qu'à faire du café). Puis il modifie l'image pour qu'on ait l'impression que ce soit pas moi qui ouvre la trappe, mais sa voisine à poil. Une surexposition, ou un truc comme ça. Enfin, il rajoute les vêtements de Moriarty à sa voisine, des fois qu'il y ait des K'Tharen mineurs qui regardent le truc. Parce que le film (un "lologramme", enfin je crois) doit être diffusé à un endroit où on veut que les K'Tharen aillent pendant que nous, on va dans un autre.
Vous avez tout compris ? Si oui, vous m'expliquerez, à l'occasion ?

Quoi qu'il en soit, le plan s'est déroulé sans accroc. Enfin, presque. En fait, il y en a eu trois.
Le premier, c'était les quelques K'Tharen et la boule qu'on n'a pas pu éviter, et qu'on a dû mettre hors d'état de nuire.
Le deuxième, c'était le clochard. Il ne cuvait pas son whisky. Et il était tout sauf inoffensif. En fait, ce n'était même pas un vrai clodo. C'était une saloperie de zombie, un cadavre humain avec des trucs technologiques dedans et qui balance des rayons par la bouche. Les V'Sori s'amusent comme ils peuvent. Bref, lui aussi, on a dû le mettre hors d'état de nuire.
Le troisième, c'était qu'en fait, l'entrepôt de Kaos n'avait pas d'entrée secrète. Pas moyen de se planquer et de souffler quand le reste de la poiscaille allait débarquer. On avait que quelques secondes pour rentrer dans la foreuse (un gros machin qui fait des tunnels) et se barrer par un trou.
C'est ce qu'on a fait. Et bien nous en a pris, car quelques secondes après, on a senti un gros choc derrière nous, comme si l'entrepôt et tout le quartier autour avaient explosés.
Mais nous, on avait atteint notre but : se faire la belle*.

* d'où le titre
avatar
Marquis
Marquis
Messages : 214
Date d'inscription : 24/01/2011
Age : 39
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Necessary Evil - campagne de super-vilains à l'ère Victorienne

le Sam 28 Juin - 1:21
Dr bkoody, deux drones qui le tiennent...
avatar
Vicomte
Vicomte
Messages : 123
Date d'inscription : 27/01/2011
Age : 27
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Necessary Evil - campagne de super-vilains à l'ère Victorienne

le Jeu 2 Avr - 18:12
Rapports d'un « jardinier » bien occupé

Rapport n°1 : Premier contact
Je suis Seed, citoyen du monde ou vagabond selon les points de vue. J'ai longtemps vécu de débrouille et de petites affaires parfaitement légales mettant ces compétences au service de mes propres intérêts. Ah que la vie était finalement facile jusqu'à ce fameux jour. Ce jour où tout a basculé, j'étais tranquillement en train de retirer des fonds à la banque avec quelques connaissances Hate, le Dr Bloody et Hannibal quand ces fichus requins de l'espace ont débarqué.
La suite de cela tout le monde la connaît, invasion de la terre, asservissement, contrôle des populations blablabla … Rien à faire, moi mes camarades et quelques autres qui nous ont retrouvé plus tard on a été recrutés par un certains Moriarty pour s'en mettre plein les poches pour remettre de l'ordre dans tout ça. Et on a plutôt bien réussi notre coup, on leur a piqué un chasseur qu'on a appelé la Mouche (bon d'accord ils l'ont récupéré plus tard mais bon), on a aussi réussi a subtilisé un dirigeable en tout discrétion (bon d'accord un membre de l’équipe est parti avec et n'a plus donné de nouvelles depuis un moment mais bon), on a trouvé un sous-marin flambant neuf qui nous a pas mal servi, c'est même un peu grâce à lui qu'on a pu détruire un vaisseau mère V'sori la classe (bon d'accord c'est aussi grâce à lui qu'on a découvert qu'il y en a encore 16 dans le système solaire, et puis le sous-marin il est plus trop disponible mais bon).

Rapport n°2 : Un départ précipité
Et puis nous y voilà, alors qu'on allait boire une décoction bien sèche avec les collègues après une réunion de travail Il est arrivé. Un vaisseau mère V'sori venu survolé Londres rien que pour nous, avec tous les artifices qui vont bien : patrouille intensive, vol de chasseur, guignols qui nous donnent des ordres sur des écrans géants et attaques de lieux majeurs de la rébellion (tous nos points de repli quoi).
Après ça plus le choix, on avait plus d'endroit où se planquer à Londres, les V'sori/K'tharen aux trousses bien qu'on en ai liquidé un bon nombre. On devait fuir, moi je m’étais dit qu'on pouvait aller tranquillement se reposer aux frais dans ma maison de campagne le temps que ça se tasse, boire du thé, entretenir mes fleurs et mes arbustes, préparer notre retour en fanfare. Mais Moriarty en a décidé autrement, pas de temps à perdre on devait retrouver un(e) certain(e) M. à Winchester et prendre le large à Southampton. Le voyage jusqu'à Winchester s'est bien passé notamment grâce à ceux qui on eu la bonne idée d'embarquer la foreuse que l'on avaient trouvé quelque temps plus tôt, car voyez vous cette chose a la capacité de réduire de taille avec des personnes a l’intérieur. On a eu quelques problèmes d'organisation pour quitter Winchester mais après avoir récupéré M. (qui se trouve être une vielle dame que l'on avait déjà rencontré) on a pris le train pour Southampton.
Et c'est là que les problèmes ont commencé, le bateau que l'on devait prendre pour quitter le pays direction l’Amérique partait le soir même et toutes les places avaient déjà été réservées. J'ai bien proposé d'en subtiliser à des passagers en leurs causant quelque dommages physiques négligeables mais personne n'avait l'air emballé. On a préféré choisir « un gros pigeon » un homme visiblement fortuné. De le déposséder de ses vêtements, vie, billet d’embarquement, identité et fortune. De nous les approprier et de faire embarquer Hannibal à sa place, Jeanne comme sa femme et Claudia et Almiel dans le rôle de leurs filles. Une tache facile quand on a de l'argent plein les poches. Avec eux toute une partie de la fine a embarquée dans la foreuse et son chargement de café (fourni par mes soins) à laquelle on a ajouté une maison de poupées pour plus de confort. M. a trouvé sa propre place de son coté. De notre coté, Trigger et moi sommes allé boire quelques verres avec des marins qui nous ont généreusement laissé leurs places à la machinerie du dit bateau. « Charger des arbres morts dans une grosse cheminée 16 heures par jours pendant 6 jours rien que d'y penser ça fait rêver » me dis-je alors.  

Rapport n°3 : Une traversée sans danger
Et c'est ainsi que le bateau parti, il était flambant neuf, une merveille de technologie qu'ils disaient, ils l'avaient appelé le Titanic. Pour être flambant il était flambant, et c'est ainsi que moi et mes collègues de la machinerie avons passé toute la première journée à éteindre un incendie qui s’était déclaré dans notre salle. La chaleur était intenable, le travail éreintant, notre supérieur digne d'un bourreau et je ne parle même pas du repas que l'on nous servait qui était ignoble. Je commençais déjà à regretter l’Angleterre. Ce calvaire dura jusqu'à l'aube du 6ème jour, le navire se mis à tanguer comme jamais et l'on nous demandait de redoubler d'effort lorsque j'ai reçu un appel d'Hannibal, je n'ai pas compris grand chose à ce qu'il m'a dit mais le simple fait qu'il m'appelle alors que nos communication risquaient d’être détectées était pour nous le signal d'un danger nous obligeant à quitter notre couverture pour rejoindre le groupe. Une petite bagarre avec notre cher responsable suffit à nous servir de diversion et à mettre à nouveau le feu (c'est vraiment de la camelote ce bateau). Après avoir convaincu quelque employé récalcitrant de nous laisser passer, nous avons retrouvé Hannibal qui faisait une sieste dans un couloir de la 2ème classe. Et après avoir récupéré M. on retrouva les autres dans leur cabine histoire de faire rapidement le point sur ce qui se passait. Apparemment le bateau était attaqué par un Kraken ainsi qu'un bateau pirate fantôme rien que ça... J'ai suggéré notre premier plan (oui vous savez celui qui marche jamais), on devait déployer la foreuse dans la salle de bal qui était de taille appropriée, pour embarquer le maximum de gents et fuir dans la poche d'un Trigger monté sur son cheval volant. Deux problèmes s’opposait à notre plan : on ne savait pas du tout où on se trouvait en mer et Trigger n’était pas sûr d'arriver à voler assez longtemps pour toucher terre. La décision fut donc prise d’aller plutôt emprunter un canot de sauvetage qui serait en partie tiré par le cheval.

Rapport n°4 : Le bateau et le poulpe.
C'est une fois arrivé sur le pont principal que l'on pris réellement conscience de la situation, le Kraken avait déjà commencé à entourer le Titanic de ses tentacules et des pirates fantômes/zombies/maudits en descendaient, car voyez vous ces génies avaient eux l'idée de faire tiré leur bateau par le Kraken. Le pont était rempli de ces salopiauds, et c'est là que le combat commençât. Grâce à quelques graines je réussi rapidement à éliminer un gros groupe d'adversaires produisant un effet alors inédit, en effet 2 passagers proches qui cherchaient un canot se transformèrent instantanément en arbres à l'activation de mon pouvoir (que j'ai particulièrement bien maîtrisé ce coup là), ils furent rapidement suivis par 2 autres. Pour les préserver et pouvoir les étudier plus tard je les réduisit à l’état de graines et les mis dans ma poche. C'est à ce moment que je vis Jeanne jusqu'alors au prise avec un pirate habillé de blanc se faire happer par une tentacule du kraken. Ni une ni deux je lança une liane sur le bateau pirate et commença l'abordage. Cependant ce n'est qu'une fois arrivé au niveau du pont que je me rendit compte que le bateau était toujours plein de pirates et qu'en plus le bateau commencait à s’éloigner du Titanic. Tel un aventurier d'un autre temps je lança une autre liane sur la figure de proue du bateau pour me balancer et couper les cordes le reliant au Kraken en esquivant les tirs de mousquet. Les cordes pas de problème mais face à mon échec vis à vis des 2 grosses chaînes qui les reliaient, j'engageais une phase de repli pour rentrer dans l'une des trappes à canon. Mais après une lutte acharnée je fut capturé.

Rapport n°5 : Le réveil
Je me suis réveillé dans la cellule d'un bâtiment de planche sur une plage, à travers les barreaux je voyais la végétation extérieure. Je me rendis vite compte que la personne dans la cellule à coté de la mienne était Jeanne qui avait survécus à son enlèvement par le Kraken. Grâce aux plantes extérieures je tentais de nous libérer mais avant que la liane ne parvienne à ma cellule le Capitaine était arrivé et amena Jeanne on ne sais où. Je fini par me libérer ainsi que deux pirates enfermés à coté que je devais retrouver plus tard. Les habits de prisonnier empêchant de se fondre dans la masse j'empruntais les habits d'un pirate passait par là après l'avoir préalablement étranglé de dos avec une liane et enterré sous un bâtiment à pilotis. Mon objectif : récupérer nos affaires logiquement détenues dans la cabane du Capitaine. Après une infiltration parfaite par la fenêtre je ne tarda pas à retrouver ce que l'on avait pris à Jeanne mais pas de trace de mes précieuses graines. Je récupérais aussi une carte de l’île indiquant l’existence d'une immense pyramide en sont centre. C'est alors que des bruits se firent entendre à l’étage du dessous et j’eus tôt fait de repartir pas la fenêtre par laquelle j’étais rentré.
Contenu sponsorisé

Re: Necessary Evil - campagne de super-vilains à l'ère Victorienne

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum